Dossiers Thématiques

L’académie du bien vieillir vous a proposé pendant la semaine du 10 au 14 avril 2017 une thématique sur les 5 sens. Retrouvez le book numérique dès aujourd'hui!

Effect of a 24-Month Physical Activity Intervention vs Health Education on Cognitive Outcomes in Sedentary Older Adults

Auteur : gilles.berrut
Publié le : 11/12/2015

The LIFE Randomized Trial

Sink KM, Espeland MA, Castro CM, Church T, Cohen R, Dodson JA, Guralnik J et al.

JAMA 2015;314(8):781-90.

L’activité physique représente une mesure d’activation globale dont les bénéfices peuvent être variés et surtout intervenir sur des activités et des fonctions diverses. Il est rapporté un bénéfice cognitif à l’activité physique, mais ni les mesures à mettre en oeuvre ni la nature des bénéfices supposés ne sont décrits avec précision. La plupart des études sont descriptives et les travaux ayant un groupe contrôle sont rares.

Cette étude a pour objectif de déterminer si un programme d’activité physique pendant 24 mois comprenant la marche, un travail contre résistance et des exercice d’assouplissement (n = 818) améliore les fonctions cognitives, diminue le risque de déficit cognitif léger, de démence ou les deux, comparé à un programme d'éducation de la santé (n = 817). Les participants étaient âgés de plus de 70 ans et présentaient un risque de limitation d’activité mais pouvaient marcher 400 m.

Cette étude est négative sur l’apparition de troubles cognitifs légers ou de démence, de même il n’y avait pas de bénéfice sur les fonctions cognitives dans ses scores globaux. Par contre chez les sujets les plus fragiles et ceux de plus de 80 ans, on note une amélioration sur la composante exécutive des troubles cognitifs.

Cette étude vient renforcer la notion que les mesures non médicamenteuses ont un impact sur les fonctions exécutives, les plus impliquées dans la perte d’autonomie avec l’âge.