Dossiers Thématiques

L’académie du bien vieillir vous a proposé pendant la semaine du 10 au 14 avril 2017 une thématique sur les 5 sens. Retrouvez le book numérique dès aujourd'hui!

Lettre à un jeune virus

Auteur : herve.petit
Publié le : 24/04/2017

Ma chère grippe,

 

J’ai bien reçu ta lettre dans laquelle tu me demandais des conseils pour infecter le plus de monde possible. Je te remercie de faire appel à mes modestes compétences dans le domaine. Voilà donc ce que je peux t’en dire.

 

En premier lieu il est impératif que tu t’appuies sur la confondante fénéantise des humains. Ils détestent ce qui les oblige à se bouger dans un sens qui ne leur convient pas, et ceci est parfait pour nous. Le temps est ton meilleur et plus puissant allié. N’hésite donc pas à entretenir chez eux l’idée que se faire vacciner est long, complexe administrativement et, allons-y gaiement, que cela coûte aussi très cher. C’est faux ? Oui, bien sûr, mais l’important est de renforcer l’impression de mur infranchissable qui perturberait leur petit confort de vie. Pas besoin d’y aller très fort. J’ai ainsi un collègue qui a triplé son taux d’infection en laissant simplement courir le bruit que la salle d’attente de la consultation des voyageurs de l’hôpital était toujours à moitié pleine. Petite astuce, grands effets.

 

Ensuite pense à minimiser tes conséquences. Oui, tu es la grippe, ce n’est pas la peste noire non plus en termes de mortalité mais plutôt que de voir cela d’une manière négative, fais-en ton atout majeur. Rappelle-toi, Coluche a fait rire des millions de personnes avec son histoire : « monsieur, il va falloir être fort, très fort, vous avez la grippe espagnole ». Excellente communication : elle présenta cette maladie comme une vaste gaudriole alors qu’elle fit – respect- de 60 à 100 millions de morts. Plus les humains te verront de la même façon, comme un petit virus pas bien redoutable, voire sympathique, moins ils chercheront à se garder de toi. Renforce en eux l’idée que tu n’es qu’un gros rhume. Alors, oui, c’est désagréable d’avoir le nez bouché et de tousser un peu, certes, mais cela ne va pas plus loin… tu comprends l’idée ? Conserve bien au secret le nombre de morts que tu causes chaque année. Evite de te faire mousser avec ta surmortalité de 18 000 l’année dernière, ce ne fut pas une bonne idée de te montrer en pleine lumière. Tue beaucoup, mais à bas bruit.

 

Troisième étape, joue à fond sur la théorie du complot. Là aussi le terreau communicationnel est fertile, avec toutes les âneries que les humains ont pu entendre en termes de scandales sanitaires et de bourdes dans la communication de santé publique ! Tu le sais bien, à présent ces andouilles confondent tout : le H5N1, la maladie de la vache folle, la sclérose en plaque et l’hépatite B, le scandale du sang contaminé, les médicaments anti-cholestérol, le chikungunya et j’en passe. C’en est un vrai plaisir de travailler en France pour un virus puisque les consommateurs finissent par avoir davantage peur du vaccin que de la maladie, il fallait le faire. Nous n’aurions pas mieux fait nous-mêmes ! Tu trouves ainsi quantité de blogs et d’auteurs qui diffusent à longueur de pages l’image de compagnies pharmaceutiques malfaisantes inondant le marché de produits toxiques en se frottant les mains pour que leurs actionnaires contrôlent la finance mondiale. Tu y comprends quelque chose, toi ? Moi non plus. Mais cela n’a pas d’importance car cela sert au maximum nos intérêts.

 

Dernière étape, et pas des moindres, joue sur l’idée que « cela n’arrive qu’aux autres ». Les humains savent bien que chaque année des personnes meurent de maladies pour lesquelles elles auraient pu être vaccinées… mais ça, c’est les autres ! Ils aiment tellement penser qu’ils contrôlent leur destin qu’ils se voient invincibles face à la maladie. Par contre, sont à risque les bébés, oui, les personnes « fragiles diverses et variées », oui, leur cousin Jean-Marc, oui, leur sœur, oui, ceux qui « n’ont pas de bol », oui, ceux qui traînent en zone sub-saharienne, oui, oui, oui, mais pas eux. Dire qu’ils ne perçoivent même pas qu’en ne se faisant pas vacciner, ils contrôlent effectivement leur destin… de futur malade. CQFD. Ah, j’en ris encore !

 

Voilà ce que je pouvais te dire sur le sujet. Je ne doute pas que tu mettras ces conseils bien à profit pour doubler tes objectifs l’an prochain. N’hésite pas à revenir vers moi si tu as d’autres questions.

 

Ton ami,

Ebola.

 

Hervé Petit

Psychosociologue et psychogérontologue