Dossiers Thématiques

L’académie du bien vieillir vous a proposé pendant la semaine du 10 au 14 avril 2017 une thématique sur les 5 sens. Retrouvez le book numérique dès aujourd'hui!

Vaccin antigripal: les professionnels doivent-ils se faire vacciner?

Auteur : gaetan.gavazzi
Publié le : 07/06/2016

En raison d’une efficacité incomplète des mesures de prévention individuelle (mesures d’hygiène de base et vaccin des patients âgés eux-mêmes), il persiste un risque épidémique fort chez les sujets vieillissants les plus vulnérables (patients vivant en EHPAD, en unités de soins de longue durée ou/et hospitalisés).

Pour preuve, malgré des taux de couverture vaccinales à plus de 90% de la population résidente dans la majorité des EHPADs, les épidémies en EHPADs sont encore très fréquentes chaque année (plus de 410 épidémies déclarées sur la seule saison 2014-2015). Malgré la mise en place des mesures de prévention, le nombre d’épidémies nosocomiales intra-hospitalières est mal connu mais semble aussi très important (rapport grippe 2015). Ainsi est née l’idée de diminuer le risque de circulation virale et de conférer une protection dite de « troupeau » en vaccinant les personnes les plus proches et les plus à même de transmettre le virus grippal de ces personnes à haut risque, à savoir les professionnels de santé15. La vaccination est en général un acte à la fois individuel et collectif. La recommandation vaccinale antigrippale en France pour les professionnels de santé existe depuis 2006. C’est pour elle que l’on a le plus de données d’efficacité, de couvertures vaccinales, de réticences et de programmes mis en œuvre pour les améliorer.

Selon une analyse récente du Haut Comité de Santé Publique (HCSP) en 2014, cette recommandation a été reconduite car la vaccination des professionnels en EHPADs a permis de limiter la mortalité toute cause dans la population âgée vivant en institution dans 4 études de bonne qualité dont une en France16,17,18,19. Compte tenu de l’efficacité dans ces secteurs, de données indirectes pour les autres secteurs de soins, la quasi impossibilité ou les difficultés méthodologiques importantes à conduire des essais du même type dans des secteurs de soins aiguës, le HCSP a estimé qu’elle devait être retenue pour tout secteur de soin.

Malgré des recommandations émises depuis près de 10 ans en France, il existe actuellement des couvertures vaccinales en diminution dans tous les secteurs de soins avec des taux <20%). Les politiques vaccinales mondiales sont assez homogènes mais le constat des couvertures vaccinales est tout aussi homogène avec des taux si faibles qu’aux USA des États ont rendu la vaccination antigrippale obligatoire pour travailler dans certains secteurs de soins.

Les réticences des professionnels sont nombreuses et bien connues, des programmes spécifiques multidimensionnels sont nécessaires pour permettre d’améliorer et maintenir des taux de couverture suffisamment haut pour limiter la diffusion virale dans les établissements de soin et institution. Il passe par de nombreuses mesures qui seront bientôt répertoriés dans un travail du HCSP ; parmi elles, la traçabilité de la vaccination : depuis quelques années un carnet vaccinal électronique apporte une solution simple efficace et éducative (www.Mesvaccins.net.) à la fois individuellement et au niveau d’un établissement.

Il s’agit d’un enjeu majeur pour les patients et résidents dont la mesure est encore mal prise en compte notamment par une prise de conscience relative de la gravité de la grippe dans cette population 

 

Professeur Gaëtan Gavazzi (PU-PH au CHU de Grenoble)