Dossiers Thématiques

L’académie du bien vieillir vous a proposé pendant la semaine du 10 au 14 avril 2017 une thématique sur les 5 sens. Retrouvez le book numérique dès aujourd'hui!

Le rôle de la peau, organe du toucher

Auteur : marine.letellier
Publié le : 13/04/2017

La peau est l’organe le plus grand du corps humain, elle est une barrière dynamique enveloppant tout notre corps.

De tous les organes des sens, la peau, organe du toucher, est le plus vital car contrairement aux autres, sans son intégralité nous ne pouvons pas survivre.

Elle remplit plusieurs fonctions dont une fonction de protection contre les agressions extérieures telles que les virus, les bactéries, la pollution, la poussière, les chocs, les UV. Elle est une barrière immunitaire et mécanique. 

Elle est également le vecteur de nos sensations: la peau a un rôle sensoriel par la richesse de son innervation. Elle nous permet de ressentir et d’analyser les stimulations extérieures telles que l’effleurement, la pression, la température ou la douleur. Le système nerveux cutané reçoit et répond continuellement à une variété de stimulations physiques, chimiques et thermiques. Les nerfs cutanés répondent aussi à des stimulations issues de la circulation sanguine ou à des stress émotionnels. Ils existent des fibres nerveuses qui transmettent la sensibilité tactile et la sensibilité thermique et d’autres qui transmettent la douleur. La sensibilité tactile permet d’évaluer le poids, la forme, la dimension des objets. La finesse de la perception tactile est essentiellement en regard des mains, des extrémités des doigts et des lèvres, zones du corps les plus importantes pour reconnaître les objets touchés. La finesse de perception varie avec l’état de la peau, l’âge, le développement des autres sens. La sensibilité thermique permet d’évaluer la température des objets. Un nombre important de maladies altère la sensibilité soit en modifiant l’intensité de la sensation (hypo ou hyperesthésie) soit son interprétation (paresthésies : sensation de picotements, démangeaisons, fourmillements). Ces symptômes peuvent être des signaux d’alarme de maladie dermatologique mais aussi d’atteinte nerveuse comme le zona ou le diabète sans que la peau ne soit visiblement lésée.

Elle est l’organe du toucher et des contacts affectifs avec les autres. Elle a un rôle dans l’image de soi et de l’identité. La peau contribue à notre apparence, à notre image et est le reflet de nos émotions (pâleur, rougeur, transpiration). Elle est un langage de soi, « être mal dans sa peau » peut entrainer certaines maladies dermatologiques comme le psoriasis ou l’eczéma.

Le toucher est le plus intime des sens car nous ne pouvons toucher l’autre sans être touché soi-même. Il transmet une sensation et une émotion, le toucher peut être affectueux, bienveillant, doux ou au contraire froid, agressif, violent. Il est présent dans toutes les activités humaines, de la naissance jusqu’à la mort, dans  tous les domaines de la vie, intime lorsque l’on touche notre propre corps lors de la toilette, familial, social, professionnel. Le toucher a un poids affectif inestimable.  Paradoxalement, il est aussi le plus réprimé des sens :  selon la culture, l’éducation, l’âge, nous ne touchons pas de la même façon.

Le toucher est un véritable acte de prévention de santé car il augmente les capacités de défenses de l’organisme et il relance globalement l’ensemble des fonctions du corps dont une diminution de l’angoisse. De plus, il reconnecte au sentiment de bien-être parce qu’il relie l’individu à lui-même, aux autres et à la réalité de son environnement.

 

Dr Marine Letellier, médecin de la douleur

Hopital Nord Laënnec, Saint Herblain