Dossiers Thématiques

L’académie du bien vieillir vous a proposé pendant la semaine du 10 au 14 avril 2017 une thématique sur les 5 sens. Retrouvez le book numérique dès aujourd'hui!

Les antibiotiques, systématiques?

Auteur : gilles.berrut
Publié le : 24/03/2016

"Les antibiotiques, c'est pas automatique!"

Ce slogan est le titre d'une campagne d'information de la caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM) qui a débuté en 2002 et se poursuit périodiquement. Aujourd'hui encore, la France détient le record européen de consommation d'antibiotiques, juste derrière la Grèce. La diminution de la consommation d'antibiotiques se justifie pour deux raisons principales :

> Les antibiotiques ne sont pas efficaces contre les virus. Or les principales causes d'infections dans la population générale (grippe, pharyngite, angine, rhinite, bronchite aiguë, diarrhée aiguë) sont d'origine virale. Les antibiotiques sont donc inefficaces sur la cause de ces maladies. En plus, ils ne sont pas efficaces sur les symptômes tels que la fièvre, la toux, les maux de tête, les courbatures, et tous les autres inconforts dus aux infections virales. Il est préférable d'avoir recours à des traitements contre la fièvre et la douleur (par exemple le paracétamol) parfois associés à des médicaments réduisant l'écoulement nasal, la douleur de la gorge, ou d’autres signes. Le repos, lorsqu'on l'on peut en bénéficier, est également un excellent remède. Bien sûr il nécessaire de rappeler que la vaccination est le meilleur des traitements puisqu’il empêche ou atténue les infections virales comme la grippe

>  L'autre raison est que l'utilisation inappropriée des antibiotiques favorise l'émergence de résistances aux antibiotiques chez des bactéries habituellement en contact avec notre corps. On pense en particulier aux bactéries qui se trouvent en très grande quantité dans le tube digestif. En présence d'antibiotiques, certaines ont su développer des résistances pour survivre à l'antibiotique, et certaines de ces bactéries résistantes sont devenues majoritaires et envahissantes dans le tube digestif.

Aujourd'hui les grandes agences internationales de santé et certaines sociétés scientifiques, tirent la sonnette d'alarme pour que l'on arrête d'utiliser des antibiotiques sans vérifier qu'ils aient une utilité. Dans les services traitants des patients particulièrement fragiles (maladie du sang, grands brûlés, réanimation), on voit apparaître des bactéries résistantes contre tous les antibiotiques connus. De telles bactéries « de compétition » font très peurs, car si de telles bactéries venaient à se multiplier et à s'étendre à la population générale, nous nous retrouverions dans la situation d'autrefois où il n'y avait pas de traitement efficace contre l'infection. Le spectre d'une telle situation impose que l'on réagisse rapidement et que toute prescription d'antibiotiques soit mûrement réfléchit.

En quelque sorte, une écologie de la santé.