Dossiers Thématiques

L’académie du bien vieillir vous a proposé pendant la semaine du 10 au 14 avril 2017 une thématique sur les 5 sens. Retrouvez le book numérique dès aujourd'hui!

AÏE !

Auteur : hervé.petit
Publié le : 28/04/2016
Les rappels vaccinaux importants

Non mais pourquoi irais-je me faire vacciner ? À mon âge ? Non mais ça va pas la tête ?

Vous ne croyez tout de même pas que je vais me déplacer jusque chez mon médecin généraliste pour ça ? Déjà, je l’évite par principe puisqu’à chaque fois que je vais le voir il a trois heures de retard. Vous voulez que je vous parle des vieux « Jours de France » de la salle d’attente ? J’aime bien Jacques Faizant mais il y a des limites. En plus les chaises de la salle d’attente sont dures comme du bois. Et la dernière fois, celle sur laquelle j’étais assise couinait dès que je changeais de position. Quand ce n’était pas émettre un bruit incongru. Alors, hein ! Oui je sais, ce n’est pas une raison, je n’ai pas fini...

J’ai des vieux souvenirs des médecins scolaires qui griffaient l’épaule avec une plume sergent-major. Oui oui, je sais bien que ce n’est plus comme ça que ça se fait, mais il n’empêche, j’en garde rancune. Question de principe. Est-ce que je vais chez le médecin, moi, pour lui planter par surprise une fourchette dans les fesses ?

Et puis surtout, il est hors de question que j’aille voir mon généraliste parce qu’il va me casser les pieds avec la vaccination contre la grippe. Encore ! Chaque année c’est la même chose. Alors, vous pensez, si j’y vais pour me faire vacciner pour autre chose, je suis bonne pour y passer chaque hiver ensuite. Donc c’est niet. Ça lui ferait trop plaisir.

Si je suis consciente des risques que je prends ? Bien sûr, pour qui me prenez-vous ? Mais aussi pourquoi voulez-vous que je m’inquiète de tout ceci alors que je vais parfaitement bien ? Vous en avez de bonnes. Je n’ai pas la moindre envie de passer mes jours à imaginer tout ce qui pourrait mal tourner dans les années à venir. Je suis trop occupée à être heureuse, moi, jeune homme. C’est un boulot à plein temps. Vous devriez faire de même d’ailleurs, vous êtes un peu pâlot. Et puis tout maigre aussi. Vous devriez manger un peu mieux.

C’est votre femme qui ne vous donne rien à manger ? Ah, vous êtes célibataire ? Tu m’étonnes. À qui la faute ? Vous travaillez trop ? Mouais. C’est bien les jeunes, ça ! Mais dans dix ans, quand vous vous réveillerez un matin avec que la peau sur les os et toujours célibataire et malheureux faudra pas venir vous plaindre.

Je vais vous dire, jeune homme, écoutez le conseil d’une vieille dame comme moi. Il ne faut jamais sacrifier son futur sous prétexte qu’on a trop peur ou que c’est trop fatiguant. Si vous ne le faites pas pour vous, faites-le pour vous dans dix ans. Aujourd’hui vous ne vous en rendez pas compte, vous avez l’impression que rien ne change. Mais sachez-le, en vous il y a deux personnes : à la fois vous-même et votre vous-futur, cette personne que vous serez dans les années à venir. Et aujourd’hui, en cette seconde même, vous tenez dans vos mains le bien-être de votre vous-futur, et lui ne peut pas agir. Il compte sur vous. Est-ce que vous allez lui faire faux bond ?

C’est la même chose ? Pour quoi ? Pour moi et la vaccination ?

Euh. Oui. Enfin non. Oh, ça va. Oui, bon, d’accord.

Oh, cessez de sourire, c’est agaçant à la fin. Et mangez un peu mieux jeune homme, ou je vous plante une fourchette dans les fesses!

 

Hervé Petit

Psychosociologue, psychogérontologue