Dossiers Thématiques

L’académie du bien vieillir vous a proposé pendant la semaine du 10 au 14 avril 2017 une thématique sur les 5 sens. Retrouvez le book numérique dès aujourd'hui!

La vaccination pour éviter le zona

Auteur : gilles.berrut
Publié le : 27/04/2016
Un nouveau vaccin contre le zona

Le zona ? Vous connaissez sûrement. 

Il s’agit de cette curieuse maladie de peau où après une sensation de brûlure vive, on voit apparaître des petites bulles sur la peau, regroupées comme une framboise. Le plus souvent tout rentre dans l’ordre dans les 3 semaines.

Mais ne nous y trompons pas, derrière cette évolution simple, peuvent se cacher des complications redoutables, en particulier lorsque l’on a plus de 65 ans !

 

En fait, il s’agit du réveil d’un virus que l’on a gardé tapis dans un nerf depuis une varicelle présentée généralement pendant l’enfance. A la faveur d’une faiblesse (liée à l'âge, fatigue, infection, stress, intervention chirurgicale, etc.), le virus se multiplie de nouveau et vient envahir ce nerf dans lequel il dormait, donnant une sensation de brûlure (le feu de Saint Antoine de nos anciens). Il s’étend le long du nerf jusqu’aux fines terminaisons qui affleurent sous la peau, explosant soudain à la surface sous forme d’une bulle emplie de virus parfois contagieux, uniquement pour une personne qui n'aurait jamais présenté la varicelle.

 

Lorsque le sujet est âgé, très fatigué ou lorsque ses défenses contre l’infection sont altérées, le virus va détruire une partie du nerf. Ce phénomène redoutable se rencontre chez 30% des personnes âgées de plus de 75 ans développant un zona. Dans ce cas, la douleur ne cède pas. Le nerf détruit va envoyer au cerveau des renseignements erronés. Ce conflit entre le nerf et le cerveau entraîne une douleur qualifiée de « neuropathique », pour signifier que la douleur est due au nerf lui-même. La douleur devient bizarre, faite de décharges électriques, de sensation de piqûres d'aiguille, et le simple frottement de la peau entraîne un réveil terrible de la douleur. Souvent, du fait de l’intensité de ces douleurs, et de leur composante psychique, le patient peut perdre le moral jusqu’à montrer des signes de dépression. On comprend facilement le retentissement important de ces douleurs, résistantes aux traitements et qui peuvent durer des mois, voire des années. A côté de ces douleurs prolongées, le zona peut être responsable d’autres complications comme la perte de la vision lorsque le zona atteint l’œil, ou encore d’atteintes d’organes tels que le tube digestif ou le cœur.

 

Bien sûr, lorsque l’éruption apparaît, il faut recevoir un traitement antiviral, sous forme de comprimés pendant 7 jours, le plus vite possible (dans les 72 heures). Mais en pratique, le temps de se rendre compte de ces « boutons » sur la peau, surtout lorsqu’ils se situent dans le dos, ou du fait des difficultés de communication du patient, ce délai est dépassé rendant aléatoire l’efficacité du traitement. De plus ce traitement bien que souvent efficace, ne l’est pas complètement.

C’est pourquoi, des efforts importants ont été mis en œuvre afin de disposer d’un vaccin qui empêcherait la survenue du zona.

Aujourd’hui, nous disposons d’un tel vaccin depuis peu de temps. Il peut être proposé aux personnes de plus de 65 ans jusqu’à 74 ans (pendant la première année jusqu’au 27 février 2017 on peut le prescrire jusqu’à 79 ans). Son efficacité est démontrée, une seule injection est suffisante. Sa tolérance a été testée sur un très grand nombre de personnes et ces tests ont démontré sa bonne tolérance.

 

C'est pourquoi il est important de connaître ce moyen simple  de prévenir la survenue d'un zona et des douleurs persistantes qui peuvent dans certains cas compliquer son évolution? Parlez-en à votre médecin.