Dossiers Thématiques

L’académie du bien vieillir vous a proposé pendant la semaine du 10 au 14 avril 2017 une thématique sur les 5 sens. Retrouvez le book numérique dès aujourd'hui!

La chronique littéraire de l'été 2016: après l'effort, le réconfort!

Les lectures de l'été 2016

  

L’été arrive à grand pas, même si pour la majorité d'entre nous, le temps ne nous en donne pas l'impression depuis quelques jours.

Quel meilleur moment pour se détendre et prendre le soleil pour faire le plein d’énergie ? 

Aussi, en prévision de ces moments de farniente, que cela soit sur un transat, dans l’herbe, à la montagne ou à la plage, et même pour écouter tomber une fine pluie d'été sur vos fenêtres, ALOHA vous donne ses conseils de lecture !

Ce ne sont pas les dernières sorties de l’année, beaucoup d’autres sites internet en parlent déjà, ce sont des livres ayant pour personnage central le senior.

Mais bien entendu, pas le senior dans son image d’Épinal tant utilisé dans les romans ou les films : le vieux solitaire qui n’a pour seule activité que de jouer au scrabble, aux mots croisés, à la belote ou de faire du tricot.

Nous vous avons préparé une sélection pour vous mais aussi pour vos proches, permettant de changer le regard porté sur la personne âgée.

Tous ces livres abordent le sujet avec humour, potentiellement noir ou grinçant, mais toujours avec une grande générosité et une grande tendresse.

Aussi n’hésitez pas, toute l’équipe d’ALOHA s’est beaucoup amusée à lire pour vous, nous espérons que vous passerez un aussi bon moment que nous !

Et en ces temps de Jeux Olympiques, profitez-en encore plus : après l’effort, le réconfort !

Kevin Galery
Chef de projet ALOHA
 
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire – Jonas Jonnasson
 

Synopsis

Alors que tous dans la maison de retraite s’apprêtent à célébrer dignement son centième anniversaire, Allan Karlsson, qui déteste ce genre de pince-fesses, décide de fuguer. Chaussé de ses plus belles charentaises, il saute par la fenêtre de sa chambre et prend ses jambes à son cou. Débutent alors une improbable cavale à travers la Suède et un voyage décoiffant au cœur de l’histoire du XXe siècle. Car méfiez-vous des apparences ! Derrière ce frêle vieillard en pantoufles se cache un artificier de génie qui a eu la bonne idée de naître au début d’un siècle sanguinaire. Grâce à son talent pour les explosifs, Allan Karlsson, individu lambda, apolitique et inculte, s’est ainsi retrouvé mêlé à presque cent ans d’événements majeurs aux côtés des grands de ce monde, de Franco à Staline en passant par Truman et Mao...

Notre avis

Lecture inattendue et jubilatoire !

Allan Karlsson, le jour de ses 100 ans décide de se faire la malle et saute en charentaises par la fenêtre de sa maison de retraite.

Cet homme à la vie trépidante part une nouvelle fois à l'aventure qui, tout comme les précédentes, ne va pas être de tout repos... Mais à son âge, avoir la police, les journalistes et un gang de dealers sur les basques, on en a vu d'autres ! Et puis comme il le dit lui-même : "Quand la vie joue les prolongations, il faut bien s'autoriser quelques caprices."

 Le roman est construit sur une alternance de chapitres type "présent et passé d'Allan".

Ainsi, au fur et à mesure que l'on suit cette fuite à tombeau ouvert du centenaire, on découvre aussi son histoire, et le tout s'imbrique parfaitement.

On croise une foule de personnages bigarrée, historiques ou du commun.
Car la vie d'Allan a été riche, plus riche que de raison. Son talent d'artificier allié à une suite d'évènements particuliers et à sa chance insolente l'ont mené sur les lieux et chemins des épisodes historiques les plus célèbres de la seconde moitié du XXème siècle: guerre civile espagnole et Franco, recherches américaines sur la bombe atomique et Einstein, révolution chinoise et Mao, l'Iran et son Shah, Staline et ses goulags, mai 68 et De Gaulle, conflit Corée du Nord et du Sud et autres conséquences de la guerre froide...
En un sens Jonasson s'amuse avec l'Histoire en y faisant intervenir son personnage, le pire étant que bien souvent celui-ci n'y comprend pas grand-chose, tout hermétique qu'il est aux concepts politiques et religieux.

Allan est juste un bon vivant, artificier de génie et audacieux, mais pour le reste un peu simplet et porté sur la bouteille. Il a juste le don de se trouver au bon endroit au bon moment, et parfois l'inverse...

En bref, un centenaire avec un mental d'enfant "spontané"! Rafraichissant et divertissant. 

Sandrine

Ce qu’en dit la Presse :

L’Express

Version suédoise de Forrest Gump croisée avec l'irrévérence des Monty Python, Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire est un régal d'humour noir, un road-novel déjanté dont on attend maintenant avec gourmandise la prochaine adaptation à l'écran.

 

Comment braquer une banque sans perdre son dentier – Catharina Ingelman-Sundberg
 

Synopsis

WANTED Ils sont cinq, trois femmes, deux hommes. Cheveux blancs, déambulateurs, ils s'apprêtent à commettre le casse du siècle. Si vous les croisez, restez prudents, et surtout ne tentez pas de vous interposer. Ils s'appellent Märtha, Stina, Anna-Greta, le Génie, le Râteau, ils chantent dans la même chorale et vivent dans la même maison de retraite. Nourriture insipide, traitement lamentable, restrictions constantes, pas étonnant que les résidents passent l'arme à gauche. Franchement, la vie ne serait pas pire en prison ! D'ailleurs, à Stockholm, elles ont plutôt bonne presse... Voilà l'idée ! Les cinq amis vont commettre un délit et faire en sorte d'être condamnés : en plus d'avoir la vie douce, ils pourraient redistribuer les bénéfices aux pauvres et aux vieux du pays. Un brin rebelles et idéalistes, un peu fous aussi, les cinq comparses se lancent dans le grand banditisme. Mais évidemment rien ne va se passer comme prévu...

 

Notre avis

Il ne faut surtout pas s’arrêter au synopsis ! Eh oui, on va entendre parler de pacemakers, de médicaments, de déambulateurs, de rhumatismes, de fractures du col du fémur, de maison de retraite rentrant dans la catégorie mouroir…

Mais…….. la bande de vieillards (semblant) sénile va vous étonner !

Bien qu’amateurs assumés dans le domaine du vol, ils sont bourrés d’idées (Hercule Poirot devrait être une source d’inspiration pour tous) et d’imagination.

Malheureusement, rien ne se passe jamais comme prévu, et tout part en vrille.

Tous les personnages ont une forte personnalité, même s’ils n’ont plus 20 ans et connaissent quelques faiblesses physiques. Très attachant, leur naïveté (plus ou moins feinte) nous fait même espérer que leur entreprise soit couronnée de succès.

L’humour est évidemment de mise dans la narration du périple improbable et déroutant de ce « gang des dentiers » qui vont s’apercevoir que le grand banditisme n’est pas une mince affaire.

Il s’agit d’un livre léger, agréable à lire, et qui amène à comprendre que la vieillesse est pour les héros du livre une occasion d’exister dans cette société qui les a mis au placard, de réaliser des choses folles plutôt que d’attendre patiemment que le temps passe dans une maison de retraite défraichie.

Et plus largement, le lecteur se pose inévitablement la question de la perception du senior et de la place que nous leur accordons dans notre société.

A noter : un tome 2 est également paru, « Le gang des dentiers fait sauter la banque »

Synopsis du tome 2

Märtha et ses acolytes ne sont pas là pour jouer, ils veulent rafler la mise. Leurs atouts : des dentiers sauteurs, des fauteuils turbocompressés et l'innoncence de leur âge vénérable. En prime : le butin d'un casse de bijouterie grâce aux déambulateurs qui font d'excellents pièges à chiens convoyeurs de diamants volés.

Les jeux sont faits. Riche à millions, le gang rentre en Suède pour une retraite dorée et une redistribution façon Robin des Bois du 3e âge.

Mais la roue tourne : les diamants sont perdus, l'argent a disparu, et une bande de bikers pourrait bien finir de les mettre sur la paille...

Kevin

 Et puis Paulette – Barbara Constantine

 

Synopsis

Ferdinand vit seul dans sa grande ferme vide. Et ça ne le rend pas franchement joyeux.

Un jour, après un violent orage, il passe chez sa voisine avec ses petits-fils et découvre que son toit est sur le point de s'effondrer. A l'évidence, elle n'a nulle part où aller. Très naturellement, les Lulus (6 et 8 ans) lui suggèrent de l'inviter à la ferme. L'idée le fait sourire. Mais ce n'est pas si simple, certaines choses se font, d'autres pas...

Après une longue nuit de réflexion, il finit tout de même par aller la chercher.

De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s'agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d'enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette....

 

Notre avis

Nous quittons le domaine de l’humour avec ce roman attachant, nous racontant une belle histoire de solidarité, solidarité entre séniors mais aussi intergénérationnelle.

Ecrit de manière simple, sans prétention, et même si les personnages manquent un peu d’épaisseur, ce roman se laisse lire facilement, nous emportant dans une bulle de tendresse malgré les thèmes abordés (la mort, la pauvreté, l'abandon, le divorce, etc.).

Grâce à cette histoire pleine de tendresse et de poésie, pleine de bons sentiments, nous nous posons la question de la solidarité et de l’isolement des seniors.

En conclusion, une jolie histoire sans fioritures, qui nous raconte le quotidien et ses tracas, mais l’optimisme exacerbé et les bons sentiments omniprésents peuvent ne pas plaire à tous.

Idéal à lire dans son canapé lors d’un jour de pluie, cela remonte le moral !

Kevin

Les vieilles – Pascale Gautier

 

Synopsis

Il y en a une qui prie, une autre qui est en prison, une autre encore qui parle à son chat, et certaines qui regardent les voisines de haut en buvant leur thé infect. Leurs maris ont tous disparu. Elles sont vieilles, certes, mais savent qu'elles pourraient bien rester en vie une ou deux décennies encore, dans ce pays où il n'est plus rare de devenir centenaire. Alors elles passent leur temps chez te coiffeur, à boire et à jouer au Scrabble, à essayer de comprendre comment fonctionne un téléphone, à commenter les faits divers, à critiquer leur progéniture qui ne vient pas assez, à s'offusquer de l'évolution des mœurs... Elles savent que le monde bouge, et qu'elles devraient changer leurs habitudes, mais comment faire, à leur âge? Aussi, l'arrivée de Nicole, une " jeunesse " qui entame tout juste sa retraite, et l'annonce d'une catastrophe imminente, vont perturber leur quotidien. Ce nouveau roman de Pascale Gautier est irrésistible par sa fraîcheur, sa volonté de prendre avec humour le contre-pied de certaines idées reçues sur la vieillesse. On y retrouve avec délectation la causticité et la liberté de ton qui caractérisent ses précédents textes.

 

Notre avis

Le thème abordé ici est à nouveau celui de la vieillesse via son inéluctabilité et la « déchéance des corps » (chairs flasques, peur de la mort, solitude, surdité, etc.) et plus particulièrement sur l’isolement et l’abandon des personnes âgées.

Mais le tout pris sur un ton caricatural ! Pas de clichés ici, plutôt une succession d’anecdotes tirées de la vie quotidienne des héroïnes.

Bon, nous ne sommes pas sur certains romans cités avant, avec de l’aventure, des rebondissements. Non, ce roman est plutôt parfumé au café bouillu, à l’encaustique et à l’eau de Cologne.

La galerie de portraits dressée par l’auteur n’est ni joyeuse ni triste, on peut ressentir de l’empathie assez facilement.

Ce livre fait partie de ceux qui ne laissent pas personnes indécises : on adore ou on déteste.

Pour certains il sera une bouffée de fraîcheur, drôle, pour d’autres l’ennui les gagnera : le comique de répétition et le style répétitif de l’auteur ne fonctionnent pas à tous les coups !

Kevin

Journal d’un corps – Daniel Pennac

Synopsis

13 ans, 1 mois, 8 jours. Mercredi 18 novembre 1936

Je veux écrire le journal de mon corps parce que tout le monde parle d'autre chose.

50 ans et 3 mois. Jeudi 10 janvier 1974

Si je devais rendre ce journal public, je le destinerais d'abord aux femmes. En retour, j'aimerais lire le journal qu'une femme aurait tenu de son corps. Histoire de lever un coin de mystère. En quoi consiste le mystère ? En ceci par exemple qu'un homme ignore tout de ce que ressent une femme quant au volume et au poids de ses seins, et que les femmes ne savent rien de ce que ressentent les hommes quant à l'encombrement de leur sexe.

86 ans, 9 mois, 16 jours. Lundi 26 juillet 2010

Nous sommes jusqu'au bout l'enfant de notre corps. Un enfant déconcerté.

De 13 à 87 ans, âge de sa mort, le narrateur a tenu le journal de son corps. Nous qui nous sentons parfois si seuls dans le nôtre nous découvrons peu à peu que ce jardin secret est un territoire commun. Tout ce que nous taisions est là, noir sur blanc, et ce qui nous faisait si peur devient souvent matière à rire.

 

Notre avis

Quelle bonne idée que ce journal! Il faut dire que les romans d'aujourd'hui investissent surtout dans l'analyse psychologique.
Daniel Pennac décide de redorer le blason du charnel, du viscéral. le corps et ses humeurs, visqueuses celles-ci, encombrantes et odorantes parfois. le corps et ses rouages, mais aussi ses caprices. Jamais ennuyeux, le corps! Car il change, il passe par des métamorphoses, il force l'étonnement, contraint à l'adaptation. On s'en fait un ami (ou un ennemi) de plus en plus longue date, à la fois intransigeant et bienveillant à l'égard de ses petits défauts et de ses défaillances.
C'est une histoire parfaite: des rebondissements, de l'amour, des amitiés, de la souffrance, du suspense aussi (même si on en connaît déjà la fin….
Et puis vous la connaissez cette sensation si agréable de se reconnaître dans un personnage! Que celui qui n'a pas songé : « Mais oui, c'est vrai, moi aussi j'ai connu ça! » lève le doigt! Car il les accumule les impressions, les sensations, les petites manies intimes communes à tout un chacun, bien placées, égrenées au fil du journal.
En tant que femme, j'ai savouré certains passages où le corps masculin s'exprime dans toute sa virilité, avec le sourire de celle qui aimerait y être, juste une fois, pour voir.

Quelle étrange prise de conscience, lorsque vous refermez le livre ouvert il y a quelques jours seulement, qu'une vie s'est écoulée!
J'ai lu ce bouquin avec le sentiment d'avoir porté plus d'attention à mon corps tout à coup, de lui avoir laissé le moyen de s'exprimer, d'être là, pleinement. Expérience plutôt sympathique, qui nous réconcilie avec nous-mêmes.

Bref, un livre fort, magique, tendre, drôle, lucide, sensible, cru et cruel parfois; mais un ami que l'on accompagne et qui nous accompagne vers un formidable voyage qu'est une vie, qu'est La Vie.

Ames pudiques: s'abstenir!

Sandrine

Vieux, râleur et suicidaire – Fredrik Backman
 

Synopsis

Toutes les tentatives de suicide de Ove, un veuf, sont arrêtées par ses nouveaux voisins, une iranienne, son mari et ses deux enfants. La vie de ce vieux monsieur au sale caractère avec ses principes hérités de son père, va être bouleversée de manière inattendue.

A cinquante-neuf ans, Ove se sent vieux. Veuf, grincheux et dépressif, il n’attend plus qu’une seule chose de la vie : la mort ! Depuis que sa femme est décédée et qu’il a été licencié, il erre dans sa maison, fait des rondes de sécurité dans le quartier pour vérifier que tout est en ordre, engueule les résidents de son lotissement et se sent atrocement inutile, au point de décider d’en finir.

Mais entre la corde qui cède alors qu’il s’apprête à se pendre et un chat de gouttière impertinent, ce n’est pas si simple. Sans compter que ses nouveaux voisins, Parvaneh, une jeune Iranienne, son mari et leurs deux charmants enfants, dérangent Ove en permanence et interrompent chacune de ses tentatives de suicide, ce qui le met dans une rage folle. Bref, Ove n’est pas près d’accéder au repos éternel.

 

Notre avis

A nouveau un roman venu du Grand Nord ! On y retrouve d’ailleurs cet humour décalé, ce grain de folie, typique des auteurs scandinaves.

Une comédie déjantée, surprenante, drôle (voire grinçante) mais aussi tendre et pleine d’humanité.

Râleur acariâtre et de mauvaise foi, mais cachant un grand cœur, Ove, anti-héros dans toute sa splendeur, a simplement besoin d’être utile, d’exister au sein d’une société qui l’a rejeté.

L’auteur a le talent consommé d’appuyer là où ça fait mal. Mais pour la bonne cause ! Ce livre va vous amener à réfléchir au sens de la vie, à la solidarité, à la solitude (toute relative dans ce roman) sans même vous en apercevoir !

A recommander à tous ceux qui sont tristes, déprimés, en colère contre tout, bougons, râleurs, casse-pieds : donnez-leur ce livre, vous leur redonnerez le sourire !

Attention : le livre se lit très rapidement, impossible de le lâcher ! Le style assassin de l’auteur vous empêchera de fermer le livre à la fin d’un chapitre. Je ne me souviens plus le nombre de fois où je me suis dit «  Allez, encore un chapitre et j’arrête pour ce soir ».

Kevin

Les petits vieux d’Helsinki mènent l’enquête – Minna Lindgren
 

Synopsis

Des nonagénaires déchainés font grincer les dents du personnel de leur maison de retraite... En plein coeur d'Helsinki, venez découvrir la résidence du Bois du Couchant... D'apparence charmante, il ne fait en réalité pas si bon finir ses jours dans cette maison de retraite où le drame ne cesse de frapper. Olavi, l'ancien combattant, est convaincu que son infirmier a abusé de lui sous la douche ; son ami Reino, prote et grand séducteur, se voit confiné au service de démence lorsqu'il dénonce le scandale en pleine partie de cartes ; et Tero, le jeune cuistot, est retrouvé pendu. Pour Sirii et Irma, il n'y a aucun doute : quelque chose de louche se profile au sein de l'administration de la résidence. C'est alors que les deux amies se décident à enquêter, épaulées par un chauffeur de taxi Hells Angels qui connaissait bien Tero. Entre tension artérielle, pertes de mémoire, surdité et déambulateur, l'enquête va s'avérer ardue, d'autant plus qu'Irma est soudainement internée de force dans la section fermée de la résidence... Mais pour Sirii, pas question de jeter l'éponge ! Oscillant entre comédie satirique et enquête policière, le premier volet d'une trilogie loufoque et charmante sur le troisième âge, avec un éventail de personnages aussi extravagants qu'attachants.

 

Notre avis

Surprenant, loufoque, personnages attachant : encore une petite pépite qui nous vient du Nord !

Comment traiter un sujet lourd et tabou (la maltraitance des personnes âgées en maison de retraite) sans tomber dans le pathos ? En utilisant l’humour et l’autodérision bien sûr !

Ce livre nous emmène facilement sur des réflexions sur la vieillesse, la mort, l’abandon : la société évolue et ne leur laisse pas de place, leurs proches décèdent et leurs enfants ont leur vie ne s’occupant que peu de leurs aînés. Les seniors se sentent seuls et voient leurs possibilités physiques diminuer : une seule option, attendre. Ce qui les inquiètent, après tout, leur espérance de vie augmente !

Alors on s’occupe, on s’indigne contre les irrégularités voire les crimes de la maison de retraite. C’est décidé : ils vont mener l’enquête !

Cela peut rappeler « Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire », mais le livre de Minna Lundgren ajoute une bonne dose de cynisme et d’humour noir voire glauque. Mais ne vous y trompez pas, malgré cette atmosphère, ce livre va vous faire rire et vous allez vous attacher aux personnages.

A noter : un tome 2 est également paru, « Les petits vieux d’Helsinki font le mur », le tome 3 est sorti cette année « Les petits vieux d’Helsinki se couchent de bonne heure ».

Synopsis du tome 2

Lorsque la maison de retraite du Bois du Couchant entame de colossaux travaux de rénovation, les résidents commencent à fuir. Siiri et Irma, amies nonagénaires inséparables, décident, avec quelques petits vieux, de devenir colocataires de leur propre appartement...mais pas pour autant plus sages !

C’est alors que des vols mystérieux se succèdent dans la résidence. Les victimes s’avèrent être des proches de Siiri et Irma. Malgré leur grand âge et leur terrible manque d’expérience, comment résister à la tentation de mettre leur nez dans ces affaires ?

Entre faux-pas cocasses, rebondissements loufoques et réflexions insolites sur la mort, nos deux enquêtrices en herbe n’ont pas fini de vous surprendre !

Synopsis du tome 3

Ce dernier volet nous replonge dans le monde merveilleux de la maison de retraite. Cependant, le Bois du     Couchant a bien changé depuis ses travaux, et plus aucun résident ne s’y sent chez lui. La résidence est devenue une pointure de technologie dans la gestion du troisième âge. Nous y retrouvons tous les survivants des deux premiers tomes, heureux d’être réunis, mais très vite ébranlés à nouveau par la mort soudaine de l’un d’entre eux.  Cette fois, la justice pourrait bien intervenir…

Kevin

Série grise – Claire Huynen
 

Synopsis

Les vieux m’emmerdent. Ainsi commence Série grise. Le ton est donné. Chronique cynique et acerbe, ce roman décrit, sous le regard d’un vieux, le quotidien d’une maison de retraite. Le narrateur, un vieux cynique, s’exerce à l’observation cruelle de ses contemporains, réunis en un monde uniformément clos, une « maison de repos pour adultes valides ». Petites maniaqueries et décrépitude aigrie ou consentie, il s’offrira les champs d’un univers qui finit. Lucide, son regard sans complaisance sera aussi celui de sa propre dégénérescence, d’une fatale et ultime décroissance. Roman de la vieillesse, abordé sur le ton d’un humour forcément caustique puisqu’il est celui d’un regard aigu sur la sénescence qui nous attend chacun.

 

Notre avis

Restons dans l’univers des maisons de retraite.

Un vieil homme choisit volontairement de vivre dans une maison de retraite. Spécificité à noter : il déteste les vieux.

Ce court livre est très cru, direct, sans concession, pourrait même vous choquer. La vieillesse et ses affres, la décrépitude (des autres comme celles du narrateur) y sont décrites sans complaisance.

Malgré une intrigue un peu simpliste, ce livre choque. Cette chronique acerbe d’une réalité fort peu réjouissante est écrite avec une plume très caustique, provocatrice : cela passe ou cela casse, on aime ou on déteste.

Si la maison de retraite choisie dans ce livre est aussi plaisante qu’un séjour dans l’antichambre de l’enfer, elle a le mérite de nous pousser à réfléchir sur la possibilité d’être vieux et de vivre décemment, librement. Que faire de nos seniors ?

Cela nous poussera tous à bien choisir sa maison de retraite lorsque le moment sera venu !!!

Kevin

Ma grand-mère en container – Thomas Scotto
 

Synopsis

A la voir s'activer toute la journée, qui s'imaginerait que mamie va bientôt partir à la retraite? L'occasion est trop bonne, Louis va monter un bobard énorme à son petit frère. Une mamie qui part à la retraite est-ce que c'est comme les déchets qui partent au container ?

 

Notre avis

Deux jeunes enfants, frères de leur état, sont au centre de cette histoire.

En vacances chez les grands-parents, l’aîné cherche à se débarrasser de son pot de colle de frère et prend un malin plaisir à le faire tourner en bourrique, allant jusqu’à lui faire croire que sa grand-mère, dès lors qu’elle sera retraitée, va être recyclée ! Assez facilement, le cadet est naïf et il est si simple pour l’aîné de lui faire avaler des couleuvres en jouant sur les mots !

Le « recycle âge » ne se termine pas comme dans Soleil Vert, rassurez-vous.

Tout petit roman d’à peine 45 pages, mais tellement drôle et dans un style d’écriture alerte et enlevé. 

A mettre d’urgence entre toutes les mains, petits et moins petits !

Kevin

Il n’y a plus de vieillesse – Gille Horiac

 

Synopsis

Le printemps est la saison des révolutions : et si, cette année, nous assistions au printemps des seniors ? Car, comme le fait remarquer Georges : « Mai 68, c'était déjà nous ! »Les Lilas Blancs, une maison de retraite. C'est là qu'Alain, Béatrice, Bernadette et Georges se rencontrent, et commencent véritablement leur vie. A 70 ans.

Neutraliser un jeune délinquant dans les rues de Mons, inviter la reine Mathilde à signer une pétition à vocation humanitaire, entreprendre un raid clandestin pour sauver un site naturel, emmener des SDF dans un restaurant étoilé, enregistrer une chanson qui deviendra un tube mondial, démonter une émission télévisée truquée, organiser un mariage gay dans le parc de la résidence, nos quatre héros n'ont plus une minute à perdre !Il est bien fini, le temps où l'on infantilisait « les vieux » pour mieux les soumettre. Gilles Horiac jette dans ce roman un drôle, tendre et optimiste sur la nouvelle génération des seniors.

 

Notre avis

L’auteur jette un œil tendre, drôle, optimiste sur les nouveaux seniors. Terminé le temps des vieillards que l’on bêtifie dans les maisons de retraite !

Nos aînés ont encore tellement de choses à faire, d’aventures à vivre : il n’est pas triste d’être vieux. Qui a dit qu’être vieux c’était attendre que le temps passe ??? Autant en profiter et réaliser les projets farfelus ou non que l’on n’a jamais pu planifier avant. Et en plus, ça occupe ! 

A lire pour retrouver de la bonne humeur.

Kevin

Un bon coup de jeune – Alix Girod de l’Ain
 

 

Synopsis

Lorsque Alice se rend compte que son mari et elle ont pris un coup de vieux, elle s'affole. Pas question de se laisser aller ! Gym, régime et coaching psychologique, elle a décidé d'en découdre avec son âge...

D'abord réticent, Nicolas, le père de ses enfants, s'aperçoit qu'il a intérêt lui aussi à tout mettre en œuvre pour remonter le temps : dans une société hyper-compétitive, passer de « l'autre côté » peut, professionnellement, signer son arrêt de mort. Le couple entreprend sa mue, tandis qu'autour de lui amis et collaborateurs vivent des aventures parallèles avec ce point commun : « déjà-vieux » de 30 ans ou « toujours-jeunes » de 50 ans, aucun d'entre eux ne vit en harmonie avec son état civil. À croire que le syndrome qui frappe les héros de ce livre est une épidémie des temps modernes...

 

Notre avis

Entre comédie et thriller conjugal, l’auteure (chroniqueuse dans Elle) s’adresse plutôt aux femmes de 40-50 ans.

Tous les personnages sont dans un âge pivot : pas encore vieux, mais plus non plus jeunes.

Que faire ? Accepter ? Se résigner ? Lutter contre l’âge avec tous les moyens possibles et imaginables (y compris incongrus) ?

Sport, nutrition, botox et démon de midi sont au programme.

Portraits drôles et grinçants de différents couples, ce roman se lit d’une traite ! Attention au coup de vieux, vous pourrez vous reconnaître après avoir eu un sourire moqueur sur un des personnages !

Kevin

Les vieux, ça ne devrait jamais devenir vieux – Pierre Sansot
 

 

Synopsis

Il m'a semblé que la mort et la vieillesse, pas plus que le soleil, ne se laissaient regarder en face, et j'ai eu recours à toutes sortes de ruses pour les approcher. J'ai donc fourré dans ce livre des fictions horribles, des contes proches du merveilleux, des réflexions morales, philosophiques, des fragments de ma vie, des cris de colère face à l'intolérable, et des appels à la tendresse pour rendre plus tolérable l'intolérable.

En fait, ces pages comportent plus d'ordre qu'il n'y paraît. Elles veulent exorciser les craintes que ressentent les vieux et celles qu'ils inspirent en leur donnant une forme imagée qui nous délivre ainsi de ces vilains fantasmes. Puis je m'extirpe de ces cauchemars et je m'enquiers d'un art de vivre et de mourir, je m'achemine vers un semblant d'apaisement. Il est question, alors, d'une mort fourbue, inattentive à l'un de ceux qu'elle convoite - et notre dernier venu s'accommoderait à merveille de l'au-delà s'il était accepté dans les chœurs de l'harmonie céleste.

 

Notre avis

Ni un essai, ni un roman mais un livre à la frontière de plusieurs catégories littéraires.

L’auteur est anthropologue et sociologue.

Dans ce livre, les seniors mis en scène sont aventuriers, intrépides, drôles (voire burlesque). L’auteur prend un malin plaisir à décortiquer les malentendus entre les différentes générations, les incompréhensions dans le seul but de leur faire la peau.

Livre d’un abord plus compliqué que les autres, il n’en reste pas moins passionnant. 

Kevin

Comment ne pas devenir un vieux con – Sophie Marie Larouy & Mademoiselle Navie
 

 

Synopsis

Vous faites les malins, vous vous croyez jeunes, vous marchez dans la ville la fleur aux dents en parfaite harmonie avec la société quand soudain BRAAAAA, le syndrome du vieux con vous fouette les fesses. Vous vous entendez dire « De mon temps », « J’ai plus l’âge », « C’était mieux avant », vous dénoncez les voisins à la police parce qu’il est 22h35…

STOP. ACHETEZ CE LIVRE-REMÈDE.

Il vous aidera à comprendre les plus jeunes et à ne plus réfléchir comme un vieux con. Merde.

 

Notre avis

Livre plein de tendresse et d’humour, à prendre évidemment au second degré, voire au 3ème, 4ème ou 5ème !

Pour parfaire cette étude sociologique du « vieuxconisme », différentes personnalités telles que Mouloud Achour, Norman Thavaud, Bruno Muschio, Bérengère Krief, Lâm Hua, Marion Seclin, Julia Vignali Maska, Axelle Laffont ou encore Michèle Bernier ont été interviewées sur des questions quasi existentielles : "A quel moment devient-on vieux ?", "C'était mieux avant ?" ou encore "Que dire à un vieux con pour qu'il ouvre ses chakras et devienne plus tolérant envers la jeune génération" ?

Conclusion : nous sommes vieux, dépassés par les « jeunes »,

Comme vous l’avez compris, ce livre s’adresse à tout le monde, peu importe son âge. Il a le mérite de vous faire sentir vieux à 30 ans alors que vous ne vous sentez pas vieux. Eh bien, c’est pareil pour les seniors : vous les considérez comme vieux à 60 ans, mais pas eux !

Alors, ça fait quoi de se sentir passer de l’autre côté de la barrière ?

Kevin

La cuisinière d’Himmler – Franz Olivier Giesbert
 

 

Synopsis

Ceci est l'épopée drolatique d'une cuisinière qui n'a jamais eu peur de rien. Personnage loufoque et truculent, Rose a survécu aux abjections de cet affreux XXe siècle qu'elle a traversé sans rien perdre de sa sensualité ni de sa joie de vivre. Entre deux amours, elle a tout subi : le génocide arménien, les horreurs du nazisme, les délires du maoïsme. Mais, chaque fois, elle a ressuscité pour repartir de l'avant. Grinçant et picaresque, ce livre raconte les aventures extraordinaires d'une centenaire scandaleuse qui a un credo : "Si l'Enfer, c'est l'Histoire, le Paradis, c'est la vie".

 

Notre avis

Rose, âgée de 105 ans, tient un restaurant à Marseille : « la petite Provence » où elle propose à ses clients une carte très originale avec des plats inspirés de tout ce qu'elle a vécu dans sa vie, de tous les gens qu'elle a rencontrés. Elle décide alors d'écrire ses mémoires sur un carnet car sa vie à été mouvementée.

J'ai aimé ce livre. L'histoire est rocambolesque car Rose a une vie très active (un peu comme le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire), elle échappe au génocide arménien par miracle et elle va connaître tous les génocides du XXème siècle, l'extermination des Juifs, les dictatures, mais aussi les travers de l'Amérique et un clin d'œil à Marseille…

Elle est généreuse, drôle, amoureuse.

Ce livre se déguste, au propre comme au figuré. On alterne les atrocités et les recettes de cuisine qui mettent en appétit, excitant nos papilles. En fait, la cuisine est un héritage de toutes ses rencontres tout comme ses lectures : Byron, le poète John Keates, etc. de chaque étape de sa vie restent une (ou plusieurs) recette de cuisine et un enrichissement de sa bibliothèque.

On voit défiler le couple Sartre et De Beauvoir qui ne jurent que par Staline et le communisme. Elle parle très bien d'ailleurs du fonctionnement si particulier de ce couple avec qui elle ira en Chine. On rencontre aussi Mao, et un beau Chinois Liu dont elle tombe amoureuse.

Chaque fois qu'il y a des difficultés dans sa vie, elle part trucider quelqu'un, cela soulage sa colère ou son impuissance. Chaque fois qu'une épreuve survient, elle en fait quelque chose de positif qui la fait avancer dans la vie, et même parfois, la maintient en vie. En résumé, chaque problème a sa solution…

Enfin, je retiens l'importance de la Méditerranée qui apporte de la lumière à ce livre comme la cuisine amène des parfums exotiques ainsi que les personnes, hautes en couleurs aussi, qui font partie de sa vie d'aujourd'hui.

Donc, un bon livre que j'ai eu beaucoup de plaisir à lire et que je recommande.

Sandrine

Le coin BD

 

Les vieux fourneaux (3 tomes) – Wilfrid Lupano & Paul Cauuet
 

Synopsis

Pierrot, Mimile et Antoine, trois septuagénaires, amis d'enfance, ont bien compris que vieillir est le seul moyen connu de ne pas mourir. Quitte à traîner encore un peu ici-bas, ils sont bien déterminés à le faire avec style: un œil tourné vers un passé qui fout le camp, l'autre qui scrute un avenir de plus en plus incertain, un pied dans la tombe et la main sur le cœur. Une comédie sociale aux parfums de lutte des classes et de choc des générations, qui commence sur les chapeaux de roues par un road-movie vers la Toscane, au cours duquel Antoine va tenter de montrer qu'il n'y a pas d'âge pour commettre un crime passionnel.

 

Notre avis

Chaque tome se centre sur un des personnages, le 4ème est en cours d’écriture. Rompant avec les stéréotypes de la BD, nos héros sont des seniors amis depuis…. Ouuula bien trop longtemps pour l’avouer !

Amitié qui traverse les âges de manière inébranlable, amours anciens et naissants, personnages attachants et hauts-en-couleurs, n’hésitez pas à vous plonger dans cette série qui vous donnera un avant-goût de vacances en Italie !

Kevin