Dossiers Thématiques

L’académie du bien vieillir vous a proposé pendant la semaine du 10 au 14 avril 2017 une thématique sur les 5 sens. Retrouvez le book numérique dès aujourd'hui!

EDITORIAL SEMAINE: Fragilité et Cognition

L’émergence des fonctions cognitives comme acteur essentiel des modalités pathologiques du vieillissement est relativement récente. Il y a encore peu, les fonctions cognitives étaient réservées à la compréhension du cerveau, et l’essentiel des recherches visait une cartographie entre les anomalies constatées et les régions du cerveau atteintes. Le courant cognitiviste, quant à lui, insistait sur la mise en relation du fonctionnement cognitif du cerveau et les sciences humaines et sociales. En ce qui concerne le fonctionnement psychologique du cerveau, une sorte de barrière étanche s’était installée entre un regard issu de la psychanalyse, d’un côté, et un regard cognitiviste et comportementaliste, de l’autre, en particulier outre-Atlantique. Plus les champs de connaissance ont des intersections et s’enrichissent les uns les autres, plus les professionnels ont à cœur de défendre les limites de leur discipline et de créer des barrières. Il est sans doute temps de dépasser ces querelles que Julia Kristeva nomme la fossilisation des connaissances issues du XIXe siècle [1].

Le vieillissement, par son caractère universel et la globalité de ses modifications, est sans doute un lieu unique où l’obligation du croisement des savoirs s’impose pour être utile.

C’est dans ce sens que nous présenterons cette semaine quelques articles sur les fonctions cognitives en visant à les mettre en relation avec le fonctionnement de notre corps, le fonctionnement de notre psychologie et notre appréhension de l’environnement. Loin d’être confinées à la maladie d’Alzheimer, certaines fonctions cognitives sont aussi fréquentes que l’est le vieillissement des artères, et nous impose de revoir, à nouveaux frais, une anthropologie de l’homme vieillissant sans pour cela être rejeté dans la pathologie.

La fréquence élevée des altérations cognitives discrètes, souvent nommées du terme vague de « ralentissement », décrit une trajectoire. En effet l’adulte de la maturité va progressivement accumuler les imprécisions cognitives. Lorsqu’elles atteignent un certain seuil, les fonctions vont avoir une traduction clinique. Ainsi la capacité à être avec les autres, donnant le sentiment de solitude, une réduction des apports caloriques pour une dénutrition, un déséquilibre avec un risque de chute, ou encore, un fonctionnement psychologique qui obéit à d’autres modalités. Cet ensemble installe une « fragilité » qui globalement entraîne une augmentation du risque de voir survenir chute, hospitalisation et autres conséquences bien connues. C’est pourquoi il est important d’associer altérations cognitives, fréquentes avec l’avancée en âge, et fragilité.

 

 

L’équipe de l’académie du bien vieillir, espère que cette séquence d’articles renouvellera, et enrichira votre perception de notre avancée en âge qui recèle de trésors à condition de bien comprendre les évolutions.

 

 

 

 

[1] Julia Kristeva. La haine et le pardon, Ed Fayard, Paris 2005. ISBN 2213625204.

 

Semaine thématique avec le soutien de MSD France

Pr Gilles Berrut Président de l’Académie du bien vieillir