Be Active
Dossiers Thématiques

L’académie du bien vieillir vous a proposé pendant la semaine du 10 au 14 avril 2017 une thématique sur les 5 sens. Retrouvez le book numérique dès aujourd'hui!

Le syndrome de la classe économique

Auteur : Gilles Berrut
Publié le : 29/09/2015
La thrombose est un risque lorsque l'on voyage en avion

Lorsque l'on prend l’avion, les sièges situés dans la partie économique sont plus rapprochés.

Le voyageur y est contraint de placer ses jambes à angle droit.
En plus de l'inconfort d'être à l'étroit, cette position entraîne un repliement des veines situées en arrière des genoux et empêche ainsi le sang situé dans les jambes de remonter normalement vers les cuisses. Le sang veineux est ainsi presque immobile. Quand le vol est un long-courrier, il peut arriver que l'on reste dans cette position sans bouger pendant plusieurs heures. Une phlébite, encore appelée thrombose veineuse, peut survenir.
 
Lorsque l'on a déjà présenté une thrombose veineuse, lorsque l'on présente des varices ou d'autres signes d'insuffisance veineuse, ou lorsque l'on a une prédisposition à épaissir le sang (personne à risque de thrombose), on est considéré comme étant « à risque » de développer un syndrome de la classe économique.
 
Pour l’éviter, il faut porter un bas de contention d'une force suffisante (classe deux ou trois) qui, en comprimant les veines des jambes, évitera la stase veineuse. Lorsque le médecin le juge utile, souvent en fonction des antécédents, il peut proposer un traitement préventif en plus des bas de contention.
 
Dans tous les cas, au cours d'un voyage prolongé en avion, et quel que soit l’âge ou la condition physique du voyageur, il faut veiller à boire régulièrement et abondamment de l’eau.